La bande a bader historique

La Bande a Baader historique

D’une façon générale, le mouvement étudiant allemand s’inscrit dans la vague d’agitation sociale que connaît l’occident depuis la fin des années 1960. De jeunes allemands dénoncent l’impérialisme des États-Unis, qui ont démontré leur autoritarisme avec la crise de Cuba, leur soutien au Shah d’Iran, l’interventionnisme au Viêt Nam. La jeunesse s’est émue de l’assassinat de Robert Kennedy le 5 juin 1968, celui de Martin Luther King le 4 avril, ou encore l’exécution en Bolivie de Che Guevara en 1967. À cela s’ajoute la tentative d’assassinat contre Rudi Dutschke, le 11 avril 1968, qui était la figure emblématique de l’opposition étudiante et marxiste en RFA, et membre influent du SDS

Il n?y eut pas de naissance officielle de la RAF. Cependant, la première action (qui peut être considérée comme la naissance du mouvement), fut la libération de Baader le 14 mai 1970. Andreas Baader avait été transféré à l?Institut allemand pour les affaires sociales à Berlin, car la journaliste Ulrike Meinhof prétendait vouloir écrire avec lui un ouvrage sur les anciens pensionnaires des maisons de redressement. Il s?agissait d?un prétexte pour le libérer par la voie des armes.

Le 5 juin 1970, le texte Bâtir l?armée rouge fut publié dans la revue Agit 883 et constituait la déclaration officielle et fondatrice de la RAF. Le texte était conclu par les phrases programmatiques: « Favoriser la lutte des classes – Organiser le prolétariat – Commencer la résistance armée – Construire l’Armée Rouge ».

De juin à août 1970, Andreas Baader, Gudrun Ensslin, Ulrike Meinhof, Horst Mahler, Peter Homann, Brigitte Asdonk ainsi qu?une douzaine d?autres personnes séjournèrent dans un camp du Fatah en Jordanie pour y recevoir une formation militaire.

C’en fut trop pour les autorités qui déclenchèrent dans toute la RFA une vaste opération de recherches des quelque 50 membres du groupe. Le noyau dur de la première génération était formé par Andreas Baader, Gudrun Ensslin, Holger Meins, Ulrike Meinhof et Jan-Carl Raspe.

Les pratiques musclées de la police et la résistance armée prônée par la RAF firent inévitablement couler le sang. Petra Schelm tomba sous les balles le 15 juillet 1971. Le 22 octobre et le 22 décembre de la même année, les policiers Norbert Schmid et Herbert Schoner furent tués. Le 1er mars 1972, ce fut la première bavure officielle de la police avec la mort d’un innocent, un jeune apprenti de 17 ans : Richard Epple.

En avril 1977, après 192 jours de procès à Stammheim, les accusés furent condamnés pour assassinat à une peine d’emprisonnement à perpétuité. Ulrike Meinhof avait été condamnée le 29 avril 1974 à 8 ans de prison pour sa participation à la libération de Baader en 1970.

Plusieurs leaders de la première génération moururent entre 1976 et 1977 dans le quartier de haute sécurité de la prison de Stammheim. Le 9 mai 1976, on retrouva Ulrike Meinhof pendue dans sa cellule à l’aide d’un chiffon déchiré et transformé en corde. L’enquête officielle conclut au suicide.
Quelques semaines plus tard, le 12 novembre 1977, la membre fondatrice de la RAF Ingrid Schubert se pendit dans sa cellule de la prison de Münich. Cette version officielle des évènements est fortement controversée par de nombreux militants[Qui ?] : ces leaders de la RAF constituaient une menace, mais morts, plus personne ne tenterait le diable pour les délivrer, ainsi donc, ils auraient été exécutés en prison

La prise d’otages prend fin le 18 octobre avec l’intervention des forces spéciales allemandes durant laquelle trois des quatre membres du commando palestinien sont tués. Le même jour, les autorités allemandes annoncent la mort d’Andreas Baader, Gudrun Ensslin, la compagne de Baader, et Jan-Carl Raspe, officiellement morts par suicide.

Emprisonnée aux côtés de ses camarades, Irmgard Möller fut quant à elle grièvement blessée. Elle affirmera plus tard qu’il s’agissait en fait d’assassinats orchestrés par Bonn. En représailles, la RAF annonce le lendemain la mort de Hans Martin Schleyer. Son corps est retrouvé le lendemain dans le coffre d’une automobile à Mulhouse, en France4. Brigitte Mohnhaupt est impliquée entre autres dans ce meurtre, elle est considérée alors comme la femme la plus dangereuse d’Allemagne. Le 12 novembre, c’est au tour d’Ingrid Schubert d’être retrouvée pendue dans sa cellule.

La thèse des assassinats est appuyée par le témoignage d’Irmgard Möller, autre militante de la RAF incarcérée à la prison de Stammhein en même temps qu’Andreas Baader et Ulrike Meinhof et qui a été victime d’une tentative d’assassinat dans sa cellule le jour de la mort de ses codétenus (grièvement blessée de plusieurs coups de couteaux dans la poitrine)

La fin du groupe

Le 30 novembre 1989, trois semaines après la chute du Mur de Berlin, le patron de la Deutsche Bank, Alfred Herrhausen est assassiné. Cet acte est aussitôt revendiqué par la RAF5.

Si le groupe ne sut pas mobiliser la classe ouvrière (comme les Brigades rouges à leurs débuts), il put compter, du moins dans les années 1970, sur un certain soutien de la part d’intellectuels et des milieux étudiants et militants, en Allemagne fédérale comme à l’étranger.